Les installations auxiliaires : vouées à disparaître d’ici 2016

Instaurés en France en vertu d’un décret en date du 11 juin 2004 les installations auxiliaires avaient pour finalité de venir en renfort des centres de contrôle technique spécialisés. En détail ci-dessous leur fonctionnement, la législation en vigueur à leur propos ainsi que leur perspectives d’avenir.

Les installations auxiliaires agréées par la préfecture

En France, une installation auxiliaire doit être en mesure d’accueillir un véhicule de 7 mde long, de 2,5 m de large et de 3 mde haut. Autrement dit, il doit pouvoir s’adapter aux contrôles techniques poids lourds. L’arrêté du 18 juin 1991 définit les équipements obligatoires dont doit disposer le centre : matériel de contrôle pneumatique, opacimètre, appareils pour mesurer les émanations de gaz, freinomètre, etc. Le non-respect de ces exigences peut conduire à un refus d’agrément par la préfecture. Rappelons qu’en France, seules les visites techniques réalisées dans un centre de contrôle agréé ont une valeur légale.

About cocolo