Quel véhicule écologique doit-on choisir ?

Plusieurs conducteurs se montrent encore incertains s’il faut réellement remplacer son ancien véhicule par une voiture écologique. Selon les estimations, le nombre de cette dernière pourrait passer le cap de 1,4 million d’ici quelques années. Mais ces automobiles du futur sont-elles vraiment fiables ? Vu la progression des taux de pollution et pour répondre à la recommandation des pouvoirs publics sur l’assainissement de l’air, les constructeurs ont mis au point de nouveaux types de voitures respectueuses de l’environnement, à savoir, l’hybride et l’électrique.
Pour la voiture 100 % électrique, par exemple, elle se caractérise par son rejet de polluants nul.

Malgré son alimentation par des batteries haute tension, ce type de véhicule écologique profite d’une autonomie limitée. En ce qui concerne la voiture hybride, on peut distinguer deux catégories. La première est l’hybride classique qui associe un moteur thermique (diesel ou essence) et un moteur électrique. Pour la seconde, il s’agit d’une voiture hybride rechargeable. Ce modèle possède des batteries qui peuvent être rechargées à une simple prise de courant.

Les points à savoir avant d’acheter une voiture hybride classique

Pour encourager les conducteurs à acheter une voiture écologique en concession ou chez un professionnel de la vente automobile comme le mandataire auto IES, l’État a élaboré le système de bonus-malus. Celui-ci permet ainsi de bénéficier, par exemple, d’un bonus de 6 300 € à l’achat d’un véhicule neuf n’émettant que de 0 à 20 g de CO2. Ensuite, il s’avère important de reconnaître que les voitures hybrides classiques garantissent aux consommateurs une réduction considérable de consommation.

En effet, sa motorisation a la particularité d’emmagasiner l’énergie lors du freinage ou de la décélération. Pour ce faire, la présence d’un second moteur fonctionnant à l’électricité est de mise. Cette motorisation électrique agit comme une dynamo. Elle assure la recharge de la batterie additionnelle à haute tension lorsque le conducteur freine son véhicule. Par rapport à une voiture classique, l’hybridation d’un véhicule peut nécessiter l’ajout de quelques équipements liés à sa principale fonction. À cet effet, la facture finale peut faire l’objet d’un surcoût lors de son achat. Pour information, avant de fixer le choix, il faut savoir différencier une voiture hybride thermique-électrique (HEV) à une voiture hybride rechargeable (PHEV).

Trouver la voiture hybride adaptée à ses besoins

Outre les bonus-malus offerts par l’État, l’achat d’une voiture hybride apporte des avantages supplémentaires aux automobilistes. Sachant que les véhicules hybrides ont chacun leur propre fonctionnalité, il est donc nécessaire de trouver la formule adaptée aux véritables besoins de chaque utilisateur. Par exemple, pour que la voiture soit plus économe, il convient de bien déterminer la manière et l’environnement de conduite, de détecter à l’avance s’il est possible de recharger ou non le véhicule lors de son parcage. En observant le cycle NEDC, de multiples voitures hybrides rechargeables sont capables de réaliser les 2 litres aux 100 km.

Pourtant, ce chiffre est en réalité difficile, voire impossible à atteindre, même avec les batteries pleines. Sans tenir compte de cette performance, l’apport du moteur électrique consiste à diminuer la consommation significativement en cycle urbain. Une fois sur l’autoroute, le moteur thermique prend le relais pour que le générateur puisse recharger la batterie. En somme, quel que soit le choix d’une voiture hybride, une chose est sûre, c’est qu’elle est bien plus fiable qu’une voiture diesel.

About cocolo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *